Retour de Syrie

Virginie revient de Syrie. La photo est devenue sa passion, son moyen d’expression, son job. Prenant. Et pas sans risques.

Publié le 03/01/2013 2:33 pm

Dans cet appartement bruxellois où elle ne fait que passer, Virginie fait défiler les clichés d’une guerre civile sur son ordinateur portable.

C’est encore une toute jeune femme. Virginie Nguyen Hoang a 25 ans. Elle était étudiante en journalisme (IHECS, Bruxelles) il n’y a pas si longtemps. Aujourd’hui, la photo a pris toute la place dans sa vie.

De retour de Syrie juste avant Noël, elle repart déjà ce jeudi pour l’Égypte. Sur la moquette, la valise est presque bouclée. Le retour en Belgique a donc été bref. Et l’ambiance «réveillon» un peu surréaliste : des bombardements aux cotillons, ça manquait de transition. Comment avez-vous été amenée à faire ce reportage en Syrie ? J’ai d’abord fait un stage volontaire au Caire, pour le quotidien en ligne Égypt Independent, qui édite aussi un hebdomadaire papier. Au bout de quatre mois, ils m’ont demandé de rester. Je suis basée là-bas. En octobre, je suis partie en Syrie une semaine avec une journaliste française. L’idée était de raconter le quotidien des civils. Impossible en une semaine. J’ai décidé d’y retourner plus longtemps. J’y étais du 6 au 24 décembre.

Découvrez les conditions de son reportage sur le site de L'Avenir.