Johanna de Tessières

Biographie

L'art du Sutura

Au Sénégal, l’homosexualité est tantôt un crime, tantôt une perversion qu’il convient de soigner, tantôt une insulte envers la société.

En wolof le mot Sutura signifie discrétion. Pour survivre au Sénégal la communauté LGBT doit rester cachée. "Ce matin-là, à Pikine, une jeune femme s’enfuit, chassée par la clameur publique. Elle a des piercings et porte une casquette. Ce matin-là, entre chien et loup, un jeune homme quitte le foyer duquel il a été jeté à coups de menace de mort pour avoir parlé plus tendrement qu’il ne le faudrait à un garçon. Ce matin-là, Junior se réfugie dans les locaux de Prudence, le visage tuméfié, la lèvre ouverte, le bras cassé. La veille, dans un bar de la capitale, il portait un jeans serré. Ce matin-là, Nadim et ses amis ont décidé qu’ils ne sortiraient pas. Le cas de Kaoloack les expose au danger. Ce matin là est un matin comme beaucoup d’autres, à Pikine, Dakar, Mbour ou Touba. "La condamnation sociale se base sur tant de petites choses insignifiantes, sur des vêtements, une attitude, des on-dit", regrette Ndeye Kebe, figure charismatique de la lutte pour les droits humains et ceux de la femme en particulier."

Texte de Valentine Van Vyve.

Avec le soutien du fond pour le journalisme.