Né en Belgique en 1970, Olivier Papegnies devient photojournaliste en 1997.

Biographie

Jour après jour

Pauline Jason et Maxime sont de merveilleux petits bouts de choux, hauts comme trois pommes ou un peu plus, et ne demandent qu’à s’épanouir. La maladie leur a fait prendre conscience, si jeunes, qu’ils sont différents.

Prendre un enfant par la main et lui dire que la vie lui appartient. Tous les parents ont droit à ce bonheur. Quelle est cette injustice qui condamne les mômes en pleine croissance ? La fatalité, le hasard ou … la faute à la maladie. Personne n’est responsable mais tout le monde peut se sentir concerné.

En Belgique, chaque année, 250 nouveaux patients sont atteints de cancers pédiatriques. Et tous les 4 jours, un enfant disparaît, victime de ces lourdes pathologies. Elles sont la première cause de mortalité infantile pour raisons médicales. De 0 à 17 ans, ces maladies exigeant une grande rigueur dans les traitements, sont très difficilement gérables pour le corps médical, contrairement aux cancers adultes, car très différentes de ceux-ci.

Pauline Maxime et Jason sont de merveilleux petits bouts de choux, hauts comme trois pommes et ne demandent qu’à s’épanouir. La maladie leur a fait prendre conscience, si jeunes, qu’ils sont différents. Atteints de leucémie, cancer des globules blancs dans le sang, ils subissent de très lourds traitements à l’Hôpital des Enfants Reine Fabiola de Bruxelles. Entourés en permanence par leurs parents, ils supportent, insoucieux, leur quotidien partagé entre les murs blancs de l’unité d’oncologie pédiatrique et les pans de la dure réalité d’une enfance obligatoirement aseptisée et axénique.

Pourtant, comme tous les autres petits atteints de graves maladies, ils luttent, et se battent comme dans un jeu entre copains. Inconsciemment, par un sourire, un regard, ils transmettent ce courage à leurs parents pour ne pas tuer l’espoir et pour que chaque jour compte… - Christel Lambeau